Ambroisie

Origine de l'article : PRESSE WEB .

  • Introduite involontairement en France au milieu du 19ème siècle cette herbacée annuelle, de la famille des Astéracées (la même famille que les tournesols) est originaire d’Amérique du Nord.
  • Dotée d’une forte capacité de dispersion (graines nombreuses et avec une capacité de dormance longue), l’Ambroisie à feuille d’armoise est désormais présente sur une grande partie du territoire national avec de très fortes densités observées dans la région Auvergne-Rhône-
  • L’ambroisie est présente dans les cultures de printemps, sur les chantiers et les friches, les voies de communications (routes, bords de rivières) mais aussi dans le jardin des particuliers (par exemple par l’intermédiaire de terre importée ou de graines de tournesol utilisées pour les oiseaux

 

L’AMBROISIE : UNE PLANTE A RISQUES MULTIPLES

 

Problématique agricole

  • Coût de gestion supplémentaire des parcelles
  • Perte de rendement
  • Déclassement des lots (semences non-conformes)
  • Pénalités PAC
  • Apparition de résistances aux herbicides

 

Problématique sanitaire

 

 L’Ambroisie à feuilles d’armoise représente une nuisance pour la santé humaine et peut provoquer, lors de l’émission de ses pollens, en août et septembre, diverses réactions allergiques : rhinites, conjonctivites, toux, asthme et dans certains cas, eczéma et urticaire.

 

Une plante émet plusieurs centaines de grains de pollen par jour

  • ~10 grains/m3 d’air peuvent suffire pour entrainer des symptômes allergiques
  • Un pollen au potentiel allergisant classé comme fort par le RNSA
    (= classification la plus élevée)
  • Des allergies qui interviennent en fin d’été
  • La prévalence de l’allergie augmente avec le degré d’exposition aux pollens
  • Impacts indirects : mal-être, fatigue, inconfort, sommeil de mauvaise qualité, absentéisme, etc.

 

 

L’AMBROISIE PROGRESSE EN HAUTE VIENNE

  • Une colonisation progressive de l’Ambroisie est actuellement observée au sein de notre département, il convient d’être attentif, de la repérer le plus tôt possible la plante afin d’engager des actions de gestion.
  • Une plante réglementée au niveau national : l’article R1338-4 du Code de la Santé Publique modifié par le décret n° 2017-645 du 26 avril 2017 prévoit la prise d’un arrêté préfectoral fixant les modalités de surveillance, de prévention et de lutte contre l’ambroisie et la mise en œuvre d’un plan de lutte.
  • Un arrêté en Creuse et en Corrèze : face à la progression croissante les préfets de Creuse et de Corrèze ont pris en 2021 et 2022 un arrêté de lutte obligatoire.

 

Les conseillers de la Chambre d’agriculture ainsi que les techniciens de FREDON 87 peuvent vous accompagner et vous aider dans la gestion de la plante.

Cet article est paru en premier sur chambre-agriculture.fr